header1

ARRL DX SSB 2021 F8KGM

IMG 0094.CR2

Une première pour nous : participation ARRL DX SSB avec F5LTT -Serge- : une retrouvaille depuis 17 ans notre dernier contest ensemble le CQ WW 2004, venu de Toulon 83 faire le contest avec nous, ainsi que F5RAG -Iñaki- et moi F5USK Fred ; nous avions choisi Multi opérateurs deux postes ; un score au final de 1268874 de 2700 QSO 60états sur 63 donc 157 états sur l'ensemble des bandes autorisées, pas d'ouverture sur 10 aucun contact et pas de contact sur 160 m, une petite ouverture le samedi sur 15 m ; états contactés NJ, MD, FL, CA, OH et IA ; le principal sur 20 m 1510 QSO, 40 m 810 QSO et 80 m 375 QSO sur 38 h 29 de trafic et 9 h 31 de repos ; manque d'ouverture sur les US, une belle surprise le samedi ouverture du 20 m à 9 h 30 TU et le dimanche, nous avions une propagation sur 20 m jusqu'à 22 h TU ; nous vous remercions de nous avoir contactés, à bientôt .

 suite ici: Concours F8kgm

Voilà les résultats du Mémorial F9NL 2020.

 

Vous avez participés au Mémorial F9NL l’an dernier et attendez les résultats.
Malgré les soucis actuels et donc l’absence de l’Ag du REF 65 le palmarès a été
validé par le CA du REF 65. Je vous le distribue et en fait copie à la commission des
concours pour diffusion sur la revue Radio REF…..
 
Le trophée National sera transmit par son ancien récipiendaire au nouveau
vainqueur.
 
Pour le trophée régional il sera remis à son récipiendaire comme chaque année lors
de l’AG.
 
La participation ce maintient. Certains n’ont pas envoyés de Cr c’est regrettable car
ils auraient eu un classement honorable en Zone 2.
 
Pour la Zone 1(ancienne 25 eme section) le dépt 40 était in actif cette année encore
dommage.
 
Vous retrouverez les infos sur le site de notre dépt. Merci à F5USK et F4BEB pour le
travail fait afin de remettre en route et rendre plus attrayant le site du REF 65 suite
aux soucis du serveur du REF national.
 
Merci a vous tous de votre participation et RdV le 19 septembre pour la version 2021
Veuillez noter que pour cette année la date est bien le 19 septembre et ne pas tenir
compte de la date marquée sur le calendrier 2021 donné par le REF national a tous
ces membres !!!
 
73 Dominique F5AXP

ANFR  UN RADIOAMATEUR MENAÇANT STOPPÉ 

 

LES ENQUÊTES DE L’ANFR - FIN DE PARTIE : UN RADIOAMATEUR MENAÇANT STOPPÉ NET PAR LA SAISIE DE SON MATÉRIEL D’ÉMISSION


12/03/2021
A la fin de l’année dernière, l’ANFR s’est associée à la gendarmerie pour stopper net un radioamateur qui proférait insultes et menaces sur les ondes.

Tout a commencé par une mobilisation de la communauté des radioamateurs pour dénoncer auprès de l’ANFR un comportement inapproprié sur les ondes, émaillé de propos injurieux et de menaces de mort. De nombreux courriers et e-mails ont été envoyés à l’ANFR pour se plaindre des propos particulièrement déplacés d’un individu, alors que la toile s’affolait également, via Twitter et des forums. L’objectif était donc clair : il fallait faire cesser les agissements de celui que l’on appellera désormais Monsieur X.

La première urgence était de procéder à des relevés opposables de ces propos excessifs et injurieux. C’est grâce à des moyens fixes spécifiques à la surveillance de l’utilisation des fréquences HF, notamment au champ antennaire installé sur une trentaine d’hectares au Centre de contrôle international (CCI) de l’ANFR près de Rambouillet, que nos agents assermentés ont pu établir ces constats.

2103 champ antennaire

Illustration 1 : champ antennaire composé de 6 antennes losanges directives à fort gain. Il ouvre des possibilités de contrôle des bandes HF vers tous les continents.

 

En approfondissant l’enquête, les agents de l’ANFR ont découvert que Monsieur X avait omis de déclarer son installation radioélectrique auprès de l’ANFR : cette absence de déclaration constitue une infraction au code des postes et communication électroniques (CPCE) qui peut être punie de six mois d'emprisonnement et de 30 000 euros d'amende. Cet oubli surprenant a aussitôt fourni une base légale qui permettait de saisir sans plus attendre les équipements radio de Monsieur X.

Son adresse a été rapidement retrouvée grâce à la base de données des indicatifs radioamateurs tenue par l’ANFR et un examen du voisinage a confirmé l’existence d’une installation de service amateur, photos des antennes extérieures à l’appui. L’ANFR a alors sollicité le soutien de la brigade de gendarmerie de la zone où résidait Monsieur X. Une opération sur place a été décidée. Sur demande de la gendarmerie, l’ANFR a participé à l’opération afin d’identifier les matériels incriminés.

Un jour de décembre, au petit matin, briefing : les agents du CCI et du service régional de Villejuif sont présents. A 6 h, déclenchement de la perquisition : les lieux sont bientôt sécurisés. Les experts de l’ANFR entrent en scène afin d’examiner les équipements radio et de procéder à quelques mesures et contrôles. Le matériel mis en cause est rapidement identifié, et aussitôt mis sous scellés. La garde à vue de Monsieur X peut commencer…

Le lendemain matin, il est présenté devant le Procureur de la République qui lui signifie sa convocation prochaine devant le Tribunal correctionnel. Dans l’intervalle, il a est placé sous contrôle judiciaire.

La coopération entre l’ANFR et la gendarmerie a montré toute son efficacité pour mettre fin à ces violations de la réglementation applicable aux radiofréquences. Cette collaboration a permis de combiner expertises et pouvoirs d’enquête au bénéfice de la protection du spectre des radiofréquences, avec l’aide de toute la communauté des radioamateurs !

En savoir plus
L’activité radioamateur permet d’expérimenter, de communiquer par voie radioélectrique en réalisant des contacts multiples sur les bandes de fréquences, soit réservées à cet effet, soit en partage avec d’autres utilisateurs du spectre radioélectrique. Pour exercer cette activité, le radioamateur doit notamment obtenir un certificat d’opérateur qui reconnaît sa compétence et un indicatif qui permet de l’identifier comme un utilisateur de fréquences autorisé. L’utilisation d’installations radioélectriques par le service radioamateur doit respecter les conditions réglementaires indiquées dans le CPCE et rappelées dans les décisions de l’ARCEP, sous peine d’une sanction pénale pouvant aller jusqu’à 6 mois de prison et 30 000 euros d’amende (article L.39.1 du CPCE). Les infractions à la réglementation relative au service amateur peuvent aussi entraîner des sanctions administratives : retrait ou suspension de l’indicatif radioamateur.

Et, bien entendu, le respect de ces règles administratives n’exempte pas le radioamateur de respecter les droits de la personne, à commencer par ceux des autres radioamateurs.

 

Sous-catégories