REF 65

  • Augmenter la taille
  • Taille par défaut
  • Diminuer la taille
Home Météorologie Un peu de théorie
Météorologie - Théorie

Un peu de théorie

Envoyer PDF

Préambule :

Si l'électronique est une science précise à 20%, la météorologie peut, dans certains cas et selon les modèles utilisés, fournir des prévisions erronées.

Alors que les spécialistes s'ingénient à faire des prévisions à 5 jours et plus, seule la prévi à 6 heures nous rapproche de la science exacte!

 

 

symboles meteo fr

 

 

 

Les nuages :

Cirrus (Ci) Cirrostratus (Cs) Cirrocumulus (Cc) Altostratus (As)

 

Cirrus

Altocumulus (Ac) Nimbostratus (Ns) Stratocumulus (Sc) Cumulonimbus (Cb)

Cumulus (Cu) Cumulus Congestus Stratus (St)  

 

 

Nuages élevés

nuages Cirrus                  nuages Cirrus denses                  nuages Cirrus denses issus de Cb                  nuages Cirrus filamenteux envahissant le ciel
nuages Cirrus / cirrostratus                  nuages Cirrus / cirrostratus denses                  nuages Cirrostratus                  nuages Cirrocumulus

Nuages moyens

nuages Altostratus peu opaques                  nuages Altostratus                  nuages Altocumulus minces                  nuages Bancs d'altocumulus                  nuages Altocumulus peu opaques
nuages Altocumulus provenant de Cu ou Cb                  nuages Altocumulus et/ou altostratus et/ou nimbostratus                  nuages Altocumulus castellanus                  nuages Altocumulus instables

Nuages bas

nuages Cumulus humilis                  nuages Cumulus congestus                    nuages Cumulonimbus                  nuages Stratocumulus provenant de Cu                  nuages Stratocumulus
nuages Stratus               nuages Fractocumulus / Fractostratus               nuages Cumulus / Stratocumulus                  nuages Cumulonimbus avec enclume

 

La classification des nuages utilisée aujourd'hui est essentiellement basée sur l'existence de dix groupes principaux, appelés "genres" qui s'excluent mutuellement. Selon la nomenclature approuvée par l'OMM en 1956, les différents types de nuages sont répartis dans les dix genres suivants :

Cirrus (Ci)    Nuages détachés sous forme de délicats filaments blancs composés de bancs ou d'étroites bandes blanches ou en majeure partie blanche. Ces nuages ont un aspect fibreux (chevelu), un éclat soyeux ou les deux.

Cirrocumulus (Cc)    Banc, nappe ou couche mince de nuages blancs sans ombre propre composés de très petits éléments en forme de granules, de rides, etc., soudés ou non et disposés plus ou moins régulièrement; la plupart des éléments ont une largeur apparente de moins d'un doigt tenu à longueur de bras.

Cirrostratus (Cs)    Voile nuageux transparent et blanchâtre, d'aspect fibreux (chevelu) ou lisse, couvrant le ciel en totalité ou en partie et donnant le plus généralement lieu à des phénomènes de halo.

Altocumulus (Ac)    Banc, nappe ou couche de nuages blancs et gris ayant généralement des ombres propres et composés de lamelles, de galets, de rouleaux, etc., d'aspect parfois partiellement fibreux ou flou, soudés ou non. La plupart des petits éléments ont une largeur apparente comprise entre un et trois doigts tenus à longueur de bras.

Altostratus (As)    Nappe ou couche nuageuse grisâtre ou bleuâtre, d'aspect strié, fibreux ou en uniforme couvrant entièrement ou partiellement le ciel et présentant des parties suffisamment minces pour laisser transparaître le Soleil, du moins vaguement, comme au travers d'un verre dépoli. Il ne présente pas de phénomène de halo.

Nimbostratus (Ns)    Couche nuageuse grise, souvent foncée dont l'aspect est rendu flou par des chutes de pluie plus ou moins continues, qui, dans la plupart des cas atteignent le sol. Il masque complètement le Soleil sur toute son étendue. Sous sa base on retrouve fréquemment des nuages bas, déchiquetés, soudés ou non avec elle ainsi que des précipitations.

Stratocumulus (Sc)    Banc, nappe ou couche de nuages gris ou blanchâtre, ou les deux à la fois, ayant presque toujours des parties foncées, formées de dalles, de galets, de rouleux, etc., d'aspect non fibreux, soudés ou non; la plupart des petits éléments de forme régulière ont une largeur apparente de plus de trois doigts tenus à longueur de bras.

Stratus (St)    Couche nuageuse, généralement grise, à base assez uniforme pouvant donner lieu à de la bruine, des cristaux de glace ou de la neige en grains. Lorsque le soleil est visible à travers ces nuages, on distingue facilement son contour. Il se présente parfois en bandes déchiquetées.

Cumulus (Cu)    Nuages détachés, normalement denses et aux contours bien délimités, se développant verticalement sous forme de mamelons, de dômes et de tours, dont la partie supérieure bourgeonnante a souvent l'aspect d'un chou-fleurs. Les parties du nuage éclairées par le soleil sont d'un blanc éclatant; la base est relativement foncée et horizontale.

Cumulonimbus (Cb)    Nuage dense à extension verticale considérable en forme de montagne ou de tour immense. Sa partie supérieure est presque toujours aplatie; celle-ci prend la forme d'une enclume ou d'un panache. Sous sa base, souvent très foncée, on retrouve fréquemment des nuages bas déchiquetés, soudés ou non avec elle ainsi que des précipitations.


 

Point de rosée ou Dew-point

Le point de rosée est la température à laquelle l'air doit être refroidi pour que la saturation (humidité relative de 100%) pour se produise. C'est le phénomène de la condensation.
Le point de rosée est une mesure importante employée pour prévoir la formation de la rosée, du gel et du brouillard.
Si le point de rosée et la température sont identiques, vers la fin d'un après-midi où l'air commence à se refroidir fortement, le brouillard est probable pendant la nuit.
Le point rosée est également un bon indicateur du contenu réel de vapeur d'eau de l'air, à la différence de l'humidité relative, qui tient compte également de la température de l'air.
Un point de rosée élevé indique un contenu élevé de vapeur, un point de rosée bas indique un faible contenu de vapeur. En outre un point de rosée élevé indique une meilleure probabilité de pluie et d'orages sévères.
 

Pression atmosphérique :

Le montagnard comprend bien que plus on grimpe, plus l' air se raréfie et plus la pression chute. Il y a en fait une relation linéaire entre l' altitude et la pression de l' air.
Dans les basses couches (< 600m) lorsque l' on grimpe de 28 ft* on perd environ 1 hpa.  (30ft à 1000m  -  37ft à 3000m  -  81ft à 10000m)

(*) 1ft = +/- 30cm => 28ft= 8,50m

 

To be continued....Cool

en construction

 



Home Météorologie Un peu de théorie